Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HISTOIRES DE FAMILLE, ATELIER PARIS EN SOIRÉE, mercredi 27 décembre

Publié le par atelier-caractere

HISTOIRE   DE FAMILLE 

 

L’Histoire c’est ce grand album de famille où chacun cherche à se reconnaître,

Serge Joncourt 

 

Tentatives heureuses et sincères de partage, art de l’adaptation ou theatre de règlements de compte, havre de sécurité ou lieu de basculements, d’idées reçues, de volonté de pouvoir, rancœurs ou effets de clans dévastateurs. Les réveillons de fin d’année, anniversaires ou déjeuners du dimanche, la réunion ou le repas de famille est un des themes que la littérature, le théâtre et le cinéma abordent souvent.  

La chatte sur un toit brûlant, Le prénom, La famille Tenenbaum, Conte de Noël, Festen en sont quelques exemples.

 

Récits mosaiques ou justesse des dialogues, polyphonies ou monologues, biographies ou lettre ouverte, chacun choisira son ton, comédie ou drame,  et sa forme pour écrire son histoire ou sa fiction.  Auteurs contemporains ou classiques seront abordés.

Cet atelier est organisé autour d'un temps d'écriture et de lecture pour ceux qui le désirent. 

 

MERCREDI 27 DÉCEMBRE 
De 18h30 à 21h
Paris 14e

 

Cet atelier d'écriture de 2h30 fonctionne d'après consigne, il est  ouvert aux débutants comme aux initiés. 

 

L’atelier se déroule à Paris dans le 14e, il peut également être effectué par mail. Mes retours et corrections seront envoyés une semaine après au plus tard. 

 

Pour toute participation, renseignement et inscription : atelier-caractere@orange.fr


 

HISTOIRES DE FAMILLE, ATELIER PARIS EN SOIRÉE, mercredi 27 décembre HISTOIRES DE FAMILLE, ATELIER PARIS EN SOIRÉE, mercredi 27 décembre HISTOIRES DE FAMILLE, ATELIER PARIS EN SOIRÉE, mercredi 27 décembre

Partager cet article

Repost0

ATELIER PARIS, SAMEDI 23 DECEMBRE

Publié le par atelier-caractere

ATELIER ECRITURE PARIS

SAMEDI 23 DÉCEMBRE
De 13h30 à 15h30 ou 16h30, Paris 14e

Possibilité 2h, 3h ou 4h

Ces ateliers d'écriture fonctionnent d'après consigne et sont ouverts aux débutants
comme aux initiés. 

Cet atelier devrait être le dernier de l'année à Nice, vous espère nombreux !
Avec tous mes voeux de bonheur pour ces fêtes à vous et vos proches 

Pour toute inscription : atelier-caractere@orange.fr

ATELIER PARIS, SAMEDI 23 DECEMBRE

Partager cet article

Repost0

ANIMER, UNE EXPERIENCE, UNE PASSION

Publié le par atelier-caractere

C’est l’histoire d’un désir. L’histoire d’une passion et d’une pratique partagée. De la découverte d’univers singuliers et merveilleux.

J’anime depuis 10 ans des ateliers d’écriture à Paris, mais aussi à Nice et dans différentes villes françaises. Je collabore également cette année avec deux Ecoles de commerce niçoises et autres centres.

Ecriture littéraire, Rédaction web, storytelling, Goss wrighting (biographies), coaching d'écriture

Auteur de pièces de théâtre que j'ai pour certaines montées et représentées à Paris, de romans,  l’expérience de la mise en scène et de la réalisation a également accompagné mon parcours (1er prix du scénario & 2nd prix du Concours d'auteurs d'Art dramatique du Théâtre Montansier de Versailles).

J'ai été formée en 91, aux ateliers Les mots pour le dire. Ma participation durant des années à différents ateliers d'écriture, dont deux ans chez Aleph, ma pratique en librairies et comité de lecture, dans l’édition pour Flammarion autour d’évènements littéraires, m'a permis de consolider mes connaissances littéraires et ma conduite de groupes.

Passion pour les mots mais aussi pour l'image, qui m'a conduite après une formation à L'Ecole des Gobelins, à exercer depuis vingt cinq ans en freelance, en tant que Directrice artistique, graphiste & illustratrice, ce pour de nombreuses télévisions, entre autres structures.

L'audace et l'humilité restent mes fidèles compagnons de route !

Initiation au roman ou à la nouvelle, à l’écriture théâtrale, scénario ou conte, techniques de la narration ou du dialogue, pratique du point de vue, style et atmosphère, personnages, contraintes et spécificités de différents genres littéraires, recueil collectif, suivis de manuscrit, sont entre autres, au programme de ces rencontres.

Des ateliers journée ou we dans différentes régions, sont également proposés toute l'année ainsi que des séjours en France comme à l’étranger. Les Cyclades, la Toscane, La Corse furent les dernières destinations. Ces ateliers peuvent être également suivis par mail.

Aux fidèles participants que je remercie pour leur amitié, leur implication, leur évolution et leur créativité, mais aussi aux autres, c’est avec une joie sincère que je vous retrouverai, ou vous accueillerai, dès la rentrée, sur Nice ou Paris.

Pour tout renseignement : atelier-caractere@orange.fr

ANIMER, UNE EXPERIENCE, UNE PASSION

Partager cet article

Repost0

LE RISQUE ET LA DOUCEUR, hommage à Anne Dufourmantelle

Publié le par atelier-caractere

J’ai découvert Anne Dufourmantelle dans une émission sur France Culture, autour de son livre, Puissance de la douceur, où elle analysait entre autres, les figures littéraires de Bartleby le scribe, personnage d'Herman Melville, ou le prince Mychkine dans L'Idiot de Dostoïevski. Loin de tout cliché ou de tout ouvrage estampillé “bien-être“, j’écoutais captivée, parler cette femme non seulement psychanalyste et philosophe, éditrice et chroniqueuse, mais aussi romancière de talent.
« Une activation du sensible en intelligible. Sans douceur y aurait-il un passage possible entre ces ordres ? », c’est de cette langue intime alliant force et enchantement qu’Anne Dufourmantelle s’est faite passeur.


Elle écrivait encore, « On peut rendre fou quelqu’un, en l’empêchant de rêver. On peut aussi sauver sa vie en écoutant ses rêves à temps »
Cette chercheuse inlassable faisait preuve d’une humanité exceptionnelle.
C’est dans son livre L’Eloge du risque, qu’Anne Dufourmantelle illustre ce qui a été son engagement le plus éloquent. Prendre le risque d’aimer, de vivre, de créer. Ce temps du risque, celui des résistants.
Quelques uns de mes titres préférés sont cités ci-dessous.

Anne Dufourmantelle a trouvé la mort cet été en portant secours à deux enfants se noyant. Elle avait 53 ans.

Un auteur à découvrir absolument, une philosophe de la liberté.

 

 

Extrait, Eloge du risque, Anne Dufourmantelle
On veut l’intensité sans le risque. C’est impossible. L’intensité c’est le saut dans le vide, la part d’inédit, ce qui n’a pas encore été écrit et qui pourtant en nous est en attente, de précisément ça. La passion est une disposition qui nait en nous depuis l’enfance, que l’on peut faire croître ou diminuer mais totalement altérer, jamais.

Extrait, Puissance de la douceur, Anne Dufourmantelle
La douceur se cache à l’intérieur des voix d’exil. Elle trouve là un écho à son passage, son insaisissable légèreté dans la tessiture d’une voix.

La douceur est ce qui nous permet d'aller au-devant de cet étranger qui s'adresse à nous, en nous. C'est la voix que le poète anime, et recueille.
C'est une part du monde sauvage déposée là.

A DECOUVRIR SUR FRANCE CULTURE
https://www.franceculture.fr/emissions/lessai-et-la-revue-du-jour-14-15/puissance-de-la-douceur-revue-muze

https://www.franceculture.fr/emissions/du-jour-au-lendemain/anne-dufourmantelle

TITRES
Eloge du risque
En cas d'amour
Puissance de la douceur


L’Intelligence du rêve
La Femme et le Sacrifice, d’Antigone
La Femme d’à côté
L’envers du feu

LE RISQUE ET LA DOUCEUR, hommage à Anne Dufourmantelle

Partager cet article

Repost0

OFFREZ DES BONS CADEAUX !

Publié le par atelier-caractere

OFFREZ UNE PARENTHESE DE REVE, UN CADEAU DIFFERENT

BON CADEAU D'UN ATELIER D'ECRITURE

Au choix, atelier de 2h, journée, week-end ou séjour

Cette année des week-ends sont prévus en montagne cet hiver,
au printemps en Provence ou Alpes Haute Provence,

Cet été au choix en Sicile ou dans les Cyclades en Juillet (selon nombre participants), Malte et Séville en août ou septembre.

Ces ateliers ont lieu deux samedis de suite par mois, sur Nice et Paris, dans le cadre de journée, we ou séjours.

De très belles fêtes de fin d'année à tous !

Pour toute information et règlement, me contacter rapidement :
contact-caractere@orange.fr

OFFREZ DES BONS CADEAUX  !OFFREZ DES BONS CADEAUX  !
OFFREZ DES BONS CADEAUX  !OFFREZ DES BONS CADEAUX  !
OFFREZ DES BONS CADEAUX  !OFFREZ DES BONS CADEAUX  !
OFFREZ DES BONS CADEAUX  !OFFREZ DES BONS CADEAUX  !

Partager cet article

Repost0

INITIATION AU CONTE CONTEMPORAIN, SAMEDI 16 DECEMBRE à Nice

Publié le par atelier-caractere


PARTICIPEZ A UNE  INITIATION AU CONTE

le SAMEDI 16 DECEMBRE

à NICE, de 14h à 18h

Une occasion de vous approprier les outils et techniques narratives pour la construction d’un conte contemporain. Des consignes vous seront proposées, pour explorer différents types de contes.
 A un temps d'écriture succèdera un temps de lecture de vos textes.

Mythes et détournements, conte fantastique, conte initiatique,
réalisme magique, contes contemporains, seront au programme.

Murakami, Borges, Quiroga, Poe, Fleutiaux, Desarthe et d’autres auteurs
illustreront cette rencontre.

Pour le plaisir du partage, la rencontre des idées,
des libertés et des imaginaires !

Pour toute information, merci de me contacter TRES rapidement, nombre de places oblige : contact-caractere@orange.fr

 

INITIATION AU CONTE CONTEMPORAIN, SAMEDI 16 DECEMBRE à Nice

Partager cet article

Repost0

STORYTELLING & CREATION A L'IPAG, NICE

Publié le par atelier-caractere

STORY TELLING & CREATION MARQUE

Ces étudiants d’une grande école ont été invités à camper de véritables professionnels
autour d’un business game innovant

Storytelling narratif & visuel, teasers talentueux, écriture, scénario, graphisme...
l’animation de ces journées fut pour moi une aventure créative et humaine passionnante !

STORYTELLING & CREATION A L'IPAG, NICESTORYTELLING & CREATION A L'IPAG, NICE

Partager cet article

Repost0

DERNIER ATELIER ECRITURE DE L'ANNEE, SAMEDI 9 DECEMBRE, NICE

Publié le par atelier-caractere

ATELIER NICE  SAMEDIS  9 DÉCEMBRE
De 14h à 16h dans le vieux Nice

Ces ateliers d'écriture fonctionnent d'après consigne et sont ouverts aux débutants
comme aux initiés. 

Cet atelier devrait être le dernier de l'année à Nice, vous espère nombreux !
Avec tous mes voeux de bonheur pour ces fêtes !

Pour toute inscription : atelier-caractere@orange.fr

HOMMAGE A UN AMOUREUX DE LA VIEHOMMAGE A UN AMOUREUX DE LA VIE

HOMMAGE A UN AMOUREUX DE LA VIE

Partager cet article

Repost0

APPEL A TEXTE, 1000 signes, “joyeuses fêtes“

Publié le par atelier-caractere

J’observais la lenteur précise de son geste vers l’oiseau. Je respirais l’odeur de la neige comme un enfant roi. Ma couronne en carton retombait sur mes yeux, trop grande pour une femme que l’enchantement venait de frapper.
- Je suis comme lui, je n’ai pas de secret, je n’ai que des abris.
Une langue insurgée poussait en moi. Un état soudain d’occupation, comme une émeute légère sous mes poumons. Les cloches annonçaient les douze coups de minuit. Ses yeux, ni instinctifs ni stratèges déroulaient leur fil hors de leurs dédales. Sa voix pénétrait tous les pores de ma peau, je sentais qu’elle me regardait quand les miens feignaient de se poser ailleurs que sur elle. Je savais que si je ne répondais pas, ces heures resteraient comme un sanctuaire magnifié. Je ne voulais pas qu'elle parte.
- Joyeuses fêtes.

La légereté n'est rien de ce qu'on imagine. Je savais que ces heures n’avaient pu peser plus de quarante grammes. Le poids de l’oiseau.      Nelly B.

 

 

Minuit moins le quart, Mathieu traverse un passage clouté. Cet homme blasé, tatouer jusqu’au sourcil, fait miroiter au monde qu’il est un dur à cuire.

L’enfer du bonheur c’est de traverser une rue déserte un quart d’heure avant minuit et se dire que Noël c’est juste pour oublier qu’on se pèle le jonc.

Minuit moins cinq, le tintamarre d’un caddie traîné par un homme titubant fait sursauter Mathieu. À travers la cuirasse de son blouson cuir, son cœur bat trop fort. Serrant ses poings au fond de ses poches troués, l’homme reprend sa marche. Ses pas s’allongent, son regard se planque dans la contemplation du mouvement pendulaire de ses pieds.

Barbe blanche et bonnet rouge troué, puant comme une décharge à ciel ouvert, L’homme titubant lui bloque le passage. Les deux hommes se toisent à grand-peine, l’un et l’autre s’offrent une trêve.

L’homme à la barbe blanche et au bonnet rouge fouille son caddie. Plongées au fond d’une fortune miséreuse, ses mains abîmées par l’arthrose retrouvent une agilité douloureuse.

‑ Oh ! Oh ! Oh ! Je savais qu’il était par là ! Tenez, joyeux Noël et restez bien sage !

Le Koala poussiéreux pendu au bout d’une chaînette observe Mathieu avec une indifférence bienveillante. Ce qui avait été un porte-clés porte le bonheur pathétique d’un instant silencieux.

Minuit, L’homme et son caddie sont déjà loin lorsque Mathieu lève les yeux vers le ciel obscurci par les lumières de la ville et qu’apparaît une étoile.      Jean-Eric Wild

 

 

Joyeuses fêtes ! » était un cri d’alarme pour moi. Les fêtes ont lieu au moment des ciels les plus gris. Ce cri résonnait en moi comme une obligation d’être heureux. Mon ciel était alors couleur de plomb toute l’année et « Joyeuses fêtes ! » n’était pas autre chose qu’une injonction adulte de plus. Quelle intention contenue dans cette bonne humeur soudaine de fin d’année ? Chaque autre jour de l’année ne peut-il pas faire l’objet d’un hommage avec un « Joyeux jour ! » que l’on délivrerait à ses enfants pour les remercier d’être là ? « Joyeuses fêtes ! » n’était pas sans me rappeler que l’on avait omis de vivre heureux avant ce jour. « Joyeuses fêtes ! » arrivait dans ma vie, insensé. Sans que je sache pourquoi. Mon cœur n’était pas entrainé à « Joyeuses fêtes ! ». Il était pris entre un ciel chargé de nuages lourds de menaces et son innocence amoureuse pour ses parents. Le ciel d’un enfant est l’œuvre de ses parents. Le ciel de mes parents tenait dans les serres de quelques vautours, des aïeux aux plumes sombres qui empêchaient de voir les arcs en ciel. Au cri de « Joyeuses fêtes ! », les oiseaux suspendaient leur vol au-dessus de mon esprit, indistincts dans leurs nuances de gris.       Michel Mahler

 

 

24/12 16h00. Temps glacial. Mme Ferrand me guide et murmure : Caroline épanouie. Fête. Chute. Secours. 15 minutes vides. Hôpital. Vie. Coma. Et les questions. L’insupportable m’englue. Compressée, en apnée, je prends sa main. « Bonjour Caroline, je suis Andréa ». Rien. Nous effectuons la toilette rituelle. Soudain je vois un poil noir sur le téton. Obsédant. Crève cœur sur la belle endormie. Sa peau diaphane, sa chevelure noire bridée, l’espoir. Ses pieds fins, ses jambes galbées, son ventre rond, son pubis obscène, ses seins pointés embrouillent les sens. Parfaite. Stupide poil intempestif ! Il m’emmerde coincé au travers de ma gorge. J’en ai vu, humé, léché des poils, aucun ne m’a torturée ainsi. 20h00. Seule. Je colle ma peau de larme à Caroline. Je rassemble le meilleur dans un baiser «  Joyeux Noël Caroline ». 00h00. La neige. Je découvre son sein, tire le poil d’un coup sec, le dépose au sapin. La folie seul remède.          Isabelle Mathieux

 

 

Elle est étendue sur le lit blanc, dans la chambre immaculée. Blanche aussi la neige qui recouvre les cèdres du parc. Le ciel cotonneux amollit l’horizon. La pâle jeune fille n’ouvre pas les yeux, ses paupières transparentes se plissent par instant et ses lèvres décolorées esquissent alors une grimace douloureuse. Lorsque revient une courte accalmie, on croirait une gisante marmoréenne.
Tandis que le jour s’éteint doucement, un frôlement, presqu’une caresse, un froufrou délicat lui fait entrouvrir les yeux. La garde malade peut-être. Mais non, elle dort la bouche ouverte sur le fauteuil. Aurelia tourne lentement son regard embrumé vers la baie. De grandes ailes frôlent les carreaux. Soudain, des claquements de sabots, des  tintements de clochettes, un sifflement sur la neige du ciel et dans un feu d’artifice passe une troïka menée par un drôle de bonhomme à la barbe blanche qui lui crie « Joyeuses Fêtes ! ».
Elle esquisse un sourire et dans un souffle laisse s’envoler son âme vers lui.    
  Penny Adrien

 

 

Ce sont les fêtes et il fait froid dehors. La lune captive le ciel noir, il est tard. Je la regarde marcher seule. Son dos voûté la rend vieille, elle n’a pas vingt ans pourtant. Dans ses bras, un étrange bagage et sur ses épaules, un vieux manteau gris. Le vent entonne sa triste mélopée.

Minuit sonne au clocher. La neige tombe. Sous le porche, la jeune fille sonne à la porte. Personne ne vient, elle n’attend pas. Son fardeau déposé, elle s’en retourne. Sans un regard.

Son allure devient légère. On la voit presque danser soudain. J’ouvre la porte et soulève doucement … son chagrin orphelin.          Aurore Caro

 

 

 

 J'ai travaillé une année aux périodes des fêtes, aux rayons jouets d'un grand  magasin. Les enfants venaient me parler à tour de rôle car j’étais père Noël à la Samaritaine. Mon gros ventre rouge et ma barbe postiches entretenaient l’apparence chaleureuse d’un grand-père bienveillant. Je n’ai jamais choisi mes emplois au hasard.

Je me souviens d’une petite fille en particulier, qui à huit ans croyait encore en moi. Quelle candeur de l’enfance dans ses yeux clairs. C’est l’âge des sentiments encore, et de l’intuition. 

Alors de ma voix la plus grave, je lui expliquai que la mort est inévitable et que la vie n’est que vanité.  Que ce jouet qu’elle convoitait ne lui servirait à rien et ne ferait que la décevoir - mais surtout qu’il ne servait à rien de se suicider, car il est déjà trop tard : il aurait fallu qu’elle ne naisse pas.

Sur la carte qu’elle me tendait, j’inscrivis mon nom : Emil Cioran.           Stephanie Valade 

Partager cet article

Repost0