MERCI

Publié le par atelier-caractere

« Je vais prendre une photo de la maison maintenant car maintenant elle a vécu avec nous. »
Nos présences se sont inscrites dans les plis des fauteuils, dans la toile des rideaux repliés dans le coin de la pièce.
La CANTARELLA.
Cette maison était faite pour notre rencontre à tous. Les murs portent nos récits, nos récits habitants de cette maison.
La chanson, les notes que tu as créées dans nos têtes. Notre chef d’orchestre, nos regards vers tes horizons. Tes yeux vers nos horizons, le temps d’un instant. La maison vibre de nos voix, de nos voix qui portent tous ces précieux mots. Ces pépites que tu nous montres et que nous ramassons sur le bord de nos chemins. Le marin connait milles routes et le phare le ramène au port. Les égarements, tu nous les proposes mais les panneaux tu les disposes. Nos phrases acclament, applaudissent, réclament tes consignes. Tu es la flute, nos récits le champagne. Conny

Mère de tous les rêves, tu as fait naître le meilleur, l’improbable osmose d’individus épars qui par ta voix écrivent le monde tel qu’on le voudrait. Murielle

Nelly, c’est une voix, envoutante, ensorcelante, qui nous happe. Impossible de ne pas l’écouter, Nous sommes obligés de lâcher prise. Et coule dans nos têtes, nos cœurs, la certitude que nous pouvons y arriver. Daniel

Ta présence fragile et têtue. Il émane de toi un enthousiasme pour les mots qui se répand dans l’atmosphère comme un appel à la paix. Nous le respirons, Il pénètre en nous, nous apaise, éveille nos images intimes et nous intime de poursuivre nos chemins vers l’imaginaire. Hélène.

Une infinie délicatesse, une lumineuse érudition, une inconditionnelle présence, une absolue justesse et tellement plus encore. Merci pour cette escapade littéraire où le temps semblait tellement différent que j’en suis presque devenue indifférente à ses impératifs, en tout cas sur ces 6 petits jours. Le 6 est un de mes chiffres favoris … J’ai aimé comme jamais manier ces 26 lettres... Et tellement plus encore… Mille mercis, mille baisers pour ce séjour aux scintillantes tonalités. Céline

Nell comme l’enfant sauvage, libre comme l’air, qui apprend de tous les continents en y semant ses troubles, ses désirs, ses amours…. Nell, qui nous fait gouter l’étourdissant plaisir d’écrire et nous ferait presque croire que nous avons du talent. Nell, une magicienne qui transforme des Etres venant de toutes parts en écrivains en herbes hautes. Nell, une découverte de quelques petites années, dont j’espère la présence à mes côtés des décennies encore, et encore…Nell, une inconnue il y a encore quelques jours, et bien qu’elle n’ait pas su me convaincre de participer à l’aventure de l’écriture, m’a tout de même accueillie avec tout son cœur. Virginie & Isabelle

Passionnée, passionnante et enthousiasmante. L’atelier d’écriture est une belle découverte. J’ai entamé mes premiers pas dans l’écriture et je suis heureuse que cela soit avec toi. J’espère pouvoir continuer au travers de tes cours en ligne. Tu as su me rassurer lorsque je doutais. J’ai aimé la multitude des autrices et auteurs abordés avec leurs univers. J’ai apprécié la finesse et la délicatesse de tes retours. Prends bien soin de toi. Mes amitiés. Mélanie

Lumineuse passion de la littérature, l’écoute, la distillation de temps en infini et puis la vie. Jean-Eric

Jean- Eric, ton ombre brille de mille feux, l’incendie fait rage.
Hélène, tes silences en disent long. Son silence est-il ton silence. Tu pourras le sauver de l’amnésie d’une vie.
Mélanie, quelles inquiétudes viennent vibrer une seconde sur ton visage, comme la brise sur la surface de l’eau. Ton sourire, magicien, vient les effacer.
Céline, tes pieds ancrés dans la terre maintiennent ta tête hors les nuages.
Virginie, ton rire, un collier de perles précieuses.
Isabelle, il y a un peu de Macha en toi, ta voix détentrice de tant de secrets. Tu peux les murmurer à nos oreilles.

Conny, dont le mystère et le mystique s’entremêlent dans un univers où l’espace temps n’a plus de frontière.

Daniel, il y a un géant en toi, le cœur d’un enfant y est roi.
Gloria, ce qui vibre en toi, c’est le bateau qui a traversé tant d’océans. Le vent dans tes voiles, souffle encore un peu de tes tempêtes.
Murielle, fais confiance à tes ailes, oui, elles sont de verre, on les sent fragiles. Tes yeux émeraudes sont des paratonnerres. Tu peux t’envoler.

MERCI
MERCI
MERCI
MERCI
MERCI
MERCI
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article