MOBY DICK, CONCERT FICTION

Publié le par atelier-caractere

À ses lecteurs de découvrir que l'érudition peut être palpitante, et le souffle épique porteur d'une pensée profonde. Pour cette adaptation radiophonique, j'ai privilégié les scènes les plus conflictuelles et d'autres plus propices à la rêverie. Melville est un des grands — peut-être le plus grand — des romantiques américains, et le XIXe siècle nous a appris que la rêverie est indissociable de la pulsion de vie. Les quinze scènes que j'ai adaptées et traduites de l'original forment à mes yeux le noyau tragique et onirique du roman.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article